L’attention est portée depuis quelques années sur la situation, apparemment paradoxale, des élèves intellectuellement précoces qui, bien que présentant de remarquables capacités intellectuelles, ne réussissent pas dans les apprentissages scolaires. Leur comportement et leurs performances ne sont pas ceux que l’on pourrait attendre au vu de leur très bon développement intellectuel, le plus souvent validé par des tests d’intelligence. Certains d’entre-eux rencontrent même d’importantes difficultés en classe pouvant les conduire à des redoublements et à un désinvestissement progressif de l’école, souvent accompagné de désarroi psychologique et/ou de troubles des conduites.

Les termes « intellectuellement précoce », « surdoué », « à haut potentiel » ou « à haut potentiel intellectuel », etc. s’appliquent à la même population. Chacun de ces termes révèle un des aspects de ces élèves, mais peut créer dans le même temps des confusions ou entretenir des idées reçues. Le terme actuellement retenu par l’éducation nationale est celui d’élève intellectuellement précoce ou manifestant des aptitudes particulières à l’école et au collège(EIP).
Les élèves intellectuellement précoces ont des besoins spécifiques encore trop peu connus.

Document DDEC, pistes d’observation et adaptations possibles

Ducument Eduscol, scolariser les élèves intellectuellement précoces

Lien vers le site de la DSDEN, dossier très complet et documents sur les EIP